Entrepreneuriat : Bilan après 8 mois d’activité

Hello helloooo !

Bon alors, il se trouve que j’avais commencé mon bilan de mai en disant que je te partagerai ensuite mes bilans chaque mois… Hm. Il est possible que cette promesse soit légèrement passée à la trappe, oups. MAIS, crois-moi, il y a une bonne raison #lameufsetrouvedesexcuses 🙃 Je t’explique tout ce qui s’est passé cet été dans cet article, et je te fais un petit bilan concret des 3 derniers mois (réussites/difficultés/mood/finances). Le bilan suivant n’arrivera qu’en février, après un an d’activité, pour débriefer tout ça (et constater que rien ne s’est passé comme je l’imaginais ahahah, shit.)

Ce qui était prévu à la base

Initialement, je me suis lancée dans l’entrepreneuriat en pensant n’être que rédactrice web. Mais en constatant ma non rentabilité au fil des premiers mois (malgré des contrats stylés), je me suis vite rendue compte que ça n’allait pas pouvoir être ma seule source de revenu. Fin mai, lors de mon dernier bilan, de nouvelles perspectives s’ouvraient à moi, notamment avec l’accompagnement web, ainsi qu’avec deux autres projets encore tenus « secrets » à ce jour. Au premier juin, je me lançais donc dans cette mission de consultante et coach en webmarketing pour 3 mois, tout en continuant la rédac avec mes clients réguliers. En parallèle, je lançais aussi ce blog et continuais tranquillement à développer mon compte Instagram… jusqu’à ce qu’un « éclair de génie » fasse dérailler mon cerveau le 15 juin, vers 1h de mat.

Ce qui s’est vraiment passéCoworking coéthic nantes

Cette nuit là, j’ai pris le temps de tout poser par écrit dans les notes de mon téléphone. Dans la foulée, ayant une idée de nom en tête pour ce concept, je n’ai pas résisté à l’envie de créer le compte Instagram correspondant pour vérifier qu’il était encore disponible. Je me suis ensuite accordée quelques heures de sommeil avant de me réveiller, toujours aussi excitée par cette idée un peu folle. J’ai donc consacré ma matinée à la création de quelques visuels simples mais -apparement- efficaces, pour finalement lancer le projet en question à 13h, le même jour. De là, je n’ai tout simplement plus contrôlé ce qu’il s’est passé, mais il semblerait que la magie ait opéré :’)

À l’heure où j’écris ces lignes – à peine 3 mois plus tard – le compte Instagram créé cette fameuse nuit compte 971 abonnées (95% de femmes). Mais ce n’est pas tout, parmi elles, 421 sont inscrites au réseau TPF, devenu mon nouveau bébé. En voyant l’intérêt suscité par mon projet, et la flamme intérieure qu’il me procurait au quotidien, j’ai pris le taureau par les cornes pour essayer d’en vivre au plus vite. En juillet, j’ai appelé la CCI qui m’a accordé un accompagnement d’aide à la création d’entreprise, étalé sur les 5 prochains mois. En août, j’ai recruté une freelance graphiste et webmaster pour l’élaboration d’une charte graphique et la création d’un site web. Et durant ce mois de septembre, je travaille sur la monétisation et la pérennisation du concept (+ plein de surprises of course!).

Les conséquences

Comme tu t’en doutes, ce projet totalement imprévu a littéralement court-circuité ma vie professionnelle. J’ai donc terminé l’accompagnement web avec ma cliente, sans en reprendre de nouveau derrière. J’ai volontairement réduis la part de rédaction dans mon activité, et ralenti le développement de ce blog, tout ça au profit de TPF. Le hic ? Au démarrage, j’ai lancé ce projet « juste pour voir » , donc gratuitement. À ce jour, il ne m’a pas encore rapporté un seul euro. Résultat : mon CA a inévitablement chuté depuis juillet, alors que mon temps de travail a explosé. J’ai pris le parti de travailler en sous-marin, sans gagner un rond, parce que je crois très fort en ce projet humain. Et si tout se passe bien, il devrait commencer à me rapporter un peu à partir d’octobre. En parlant de ça, je suis en train de préparer un article sur l’argent dans lequel je détaille – sans tabou – mes finances depuis mes débuts en entrepreneuriat, stay tuned si ça t’intéresse 😉

 

Mon bilan de juin/juillet/août

coworking cowa nantes
Ça c’était en coworking, 10 jours après le lancement.

🌟 RÉUSSITES :

  • Lancement et premier succès du projet TPF
  • 1er gros (pour moi) investissement financier
  • 1ère collaboration avec une freelance qui se déroule à merveille
  • Reprise progressive des articles sur ce blog depuis août
  • Contacts entrants réguliers grâce à mon compte Instagram pour diverses demandes (rédac, conseil, partenariats etc.)
  • 1 devis signé pour de la création visuelle ponctuelle avec ma plus ancienne cliente en rédac
  • Retours clients toujours 100% positifs
  • Réorganisation totale de ma façon de travailler (planning détaillé chaque semaine et méthode Pomodoro, je vous ferai un article sur ma nouvelle orga je pense)
  • Efficacité +++ quand je travaille à l’extérieur, aucun souci pour bosser dans d’autres villes
  • Heureuse de travailler, je n’ai pris que 1 semaine et demi de vacances et je n’en voulais pas plus

😰 DIFFICULTÉS :

  • Sans surprise, le fait de ne pas gagner beaucoup de money alors que je travaille énormément n’est pas chose facile. Mais je crois que je le gère plutôt bien, en tout cas bien mieux que si c’était arrivé 2 ans en arrière. Je dois cette perception plus saine (et sereine) des finances au développement personnel. Encore une fois, j’en parlerai dans mon article sur l’argent.
  • Durant l’été, j’ai beaucoup bougé pour suivre mes proches en vacances ou garder mes animaux. Du coup je travaillais depuis divers endroits et j’ai constaté que les personnes qui m’entouraient ne comprenaient pas que je travaillais réellement. J’ai été sans cesse sollicitée pour rendre service, pour des soirées etc. J’ai aussi entendu des remarques comme quoi je passais trop de temps derrière les écrans (lol, le temps de ma journée de taf quoi), des « qu’est ce que tu fais déjà debout ? » ou des « Ah c’est toi celle qui ne vient jamais aux soirées »…. Bref, un régal ahaha :’)
  • Gérer seule la pression engendrée par un aussi gros projet, imprévu qui plus est, n’est pas une mince affaire non plus. J’ai mis des choses en place au quotidien pour ça, je vous en parlerai dans un prochain article également.
patience
Ça c’est des cailloux, ou mon mindset actuel.

💭 MOOD :

  • Niveau pro : Franchement ? Je suis ON FIRE ! Je pense que rien ni personne ne pourra m’arrêter tant que je ne me suis pas pris un mur (Est-ce que ça risque d’arriver ? Peut-être. Mais je m’en tamponne le coquillart guyyys). Sinon, tout avance toujours moins vite que ce que j’aimerais, mais tout avance. C’est le principal. Et comme je le disais, grâce à ma nouvelle organisation de travail, mes soucis de procrastination et d’éparpillement se sont quasi envolés (il y a toujours quelques jours où ça arrive mais au global, rien à voir). J’ai très très hâte de voir la suite arriver.
  • Niveau perso : Moral et motivation au top. De toute façon l’été je vais toujours bien (oui je suis une personne ultra sensible aux saisons #depressionsaisonnière). J’apprends à être fière de ce que j’ai déjà accompli, à avoir de la gratitude au quotidien pour tout ce qui est ou que j’ai déjà. Et je respecte mon énergie sans culpabiliser. Je suis tellement alignée que tout me semble juste, je me sens à ma place, j’avance selon mes propres règles. J’ai aussi intégré le Miracle Morning à mon quotidien et repris le sport, je crois que ça joue.

💰 FINANCES* :

  • Investissements : 1700 € pour le graphisme et le site web TPF (ça pique mais en vrai c’est pas très cher pour le taf que c’est)
  • CA brut : 2052 € en tout (ça pique)
  • Taxes : 511 € versés fin juillet pour mai/juin/juillet (ça pique)

*Merci la CAF d’être là pour moi.

📝 CONCLUSION : Que du positif, j’y crois à fond mais je ne veux pas me porter la poisse donc je ne dirai rien de plus ahah. Le sous-marin va bientôt remonter à la surface, merci de patienter… 😏 Et surtout, merci de m’avoir lue jusqu’ici. Si l’évolution de mes projets t’intéresse, je t’invite à me suivre sur Instagram ! N’hésite pas si tu as des questions, ici ou en privé, c’est toujours avec grand plaisir que j’échange avec vous.

 

Greenement vôtre,

Emeline ♡